Libres Expressions

Libres Expressions

Guerre d’Algérie : un documentaire inédit…

Azzedine G. Mansour – 12 mars 2012

 

Hier, le 11 mars 2012, cinquante ans après les accords d'Évian, la chaîne de télévision française France 2 a diffusé le documentaire tant attendu, « Guerre d’Algérie, la déchirure », de l’historien Benjamin Stora [1] et du réalisateur Gabriel Le Bomin [2]. La narration a été donnée par l’acteur franco-algérien, Kad Merad. Il a été suivi d’un excellent débat animé par le présentateur des nouvelles, David Pujadas, et auquel a participé une demi-douzaine d’invités : Benjamin Stora, Dalila Kerchouche [3], Jean-Jacques Jordi [4], Ali Haroun [5], Danielle Michel-Chich [6] et le Père Guy Gilbert [7].

 

Racontant l’histoire de ce conflit meurtrier qui a duré plus de sept ans (1954-1962) et fait des centaines de milliers de victimes, ce documentaire s’est appuyé sur des images d’archives jusque-là inédites auxquelles ont eu accès les auteurs. Il s’agit en fait d’un récit d’une justesse et d’un équilibre exceptionnels qui non seulement revient sur des « événements » dont il a fallu près de quatre décennies pour qu’ils soient qualifiés de « guerre », mais incite également à l’inévitable « devoir mémoriel » que les populations de part et d’autre de la Méditerranée ne parviennent pas encore à assumer… C’est, en d’autres termes, une véritable « leçon d’histoire » [8], à laquelle Benjamin Stora, qui a consacré trente ans de sa vie à étudier la colonisation et de la décolonisation de son pays d’origine, nous convie tout au long de ce long métrage.

 

On peut regarder l’intégral de ce documentaire sur Youtube

http://www.youtube.com/watch?v=6BiG5MqiSeQ

 

 

 

On peut voir l'interview du narrateur Kad Merad

http://www.youtube.com/watch?v=X2LdBP8PMqc&feature=player_embedded

 

 

 

Le débat qui a suivi la diffusion

http://www.youtube.com/watch?v=jCJPUdeJCNk&feature=youtu.be

 

 

Notes

 

[1] Benjamin Stora est Professeur des universités françaises. Il enseigne l’histoire du Maghreb contemporain (XIXe et XXe siècles), la colonisation, les guerres de décolonisations et l’histoire de l’immigration maghrébine en Europe, à l’Université Paris 13 et à l’INALCO (Langues Orientales, Paris). Il a publié plus d’une trentaine d’ouvrages, dont les plus connus sont : une biographie de Messali Hadj (réédition Hachette Littérature-poche, 2004) ; La gangrène et l’oubli, la mémoire de la guerre d’Algérie (La Découverte, 1991) ; Appelés en guerre d’Algérie (Gallimard, 1997) ; Algérie, la guerre invisible, aux Presses de Sciences Po (2000).  Il a dirigé avec Mohammed Harbi l’ouvrage collectif, La guerre d’Algérie, aux éditions Robert Laffont (en poche, Hachette Littérature, 2006).

[2] Gabriel Le Bomin est un scénariste et réalisateur français d'origine corse. Parmi ses réalisations, on peut citer : Entre Ciel et Mer (1990), Les Égarés (1995), Le Puits (2001), Prélude (2004), Les Fragments d'Antonin (2006), L'occupant (TV, 2008) et Insoupçonnable (2010).

[3] Journaliste et écrivaine française, Dalila Kerchouche s’est surtout fait connaître du grand public par son récit autobiographique : Mon père, ce harki (Paris : Seuil, 2003). Elle a publié également : L'histoire d'un Harki : pour en finir avec les oublis de la mémoire collective (Préface de : Jacques Duquesne, Paris : Seuil, Coll. Point, 2004), Destins de Harkis, Aux racines d'un exil (avec : Stéphane Gladieu, Paris : Autrement, Coll. : Revue Autrement Monde Photograph, 2003), Leïla. Avoir 17 ans dans un camp de harkis (Paris : Seuil, 2007)

[4] Jean-Jacques Jordi est docteur en histoire. Enseignant à l’École des hautes études en sciences sociales, il est l’auteur de dizaine d’ouvrages parmi lesquels on peut citer : Les pieds-noirs (Paris : Le Cavalier Bleu, Coll. : Idées reçues, 2009), Algérie, de la guerre à l'indépendance : 1957-1962 (Paris : Ouest France, Coll. : Beau livre, 2012), Un silence d’État. Les disparus civils européens de la guerre d’Algérie (Paris : Soteca-Belin, 2011, 200 p.). Il est également l’auteur de plusieurs documentaires télévisés consacrés à la guerre d’Algérie. 

[5] Ancien combattant du FLN, Ali Haroun fut chargé dès le début de la révolution algérienne, de la direction du journal Résistance algérienne, édité à Tétouan au Maroc. En 1957, il devient rédacteur à Tunis d’El-Moudjahid, organe principal du FLN, puis membre du Conseil national de la révolution algérienne (1960) et député d’Alger à l’Assemblée constituante (1962-1964). Après, un long retrait de la vie politique, il revient au sein du gouvernement algérien, d’abord, comme ministre des Droits de l’homme en 1991, ensuite, à titre de membre du Haut Comité d’État (HCE) de 1992 à 1994. Licencié en droit, il a publié de nombreux ouvrages : La 7e Wilaya : la guerre du FLN en France. 1954-1962 (Paris : Seuil, Coll. : Essais, 1986), L‘Été de la discorde. Algérie 1962 (Alger : Casbah éditions, 2000, 238 p.), Algérie 1962. La grande dérive (Paris : L'Harmattan, Coll. : Histoire et perspectives méditerranéennes, 2005, 382 p.) et plusieurs articles dans la presse algérienne et étrangère.

[6] Danielle Michel-Chich est une essayiste et journaliste française. Durant son enfance qu’elle passa en Algérie en pleine guerre d’indépendance, elle fut grièvement blessée, y perdant une jambe, lors de l'attentat à la bombe perpétré par Zohra Drif, activiste au FLN, le 30 septembre 1956 au « Milk Bar » à Alger. Elle a écrit de nombreux ouvrages, dont deux sont liés étroitement à la colonisation et la guerre d’Algérie : Déracinés : les pieds-noirs aujourd'hui (Paris : Plume, Coll. : Enquête, 1990, 181 p.) et Lettre à Zohra D. (Paris : Flammarion, 2012).

[7] Le Père Guy Gilbert est un prêtre et éducateur français. C’est à Alger où il s’installe dès 1957 que sa vocation sacerdotale s’éveille. Il y achève alors son séminaire puis devient prêtre du diocèse d'Alger de 1965 à 1970. Il est témoin privilégié des horreurs vécues lors de la guerre d’Algérie.

[8] C’est en ces termes que Claude Schopp qualifiait ce nouveau documentaire dans son article critique : « ‘Guerre d’Algérie. La déchirure’, un documentaire de première nécessité », in : evene.fr, 09 mars 2012, disponible en ligne à : http://www.evene.fr/cinema/actualite/guerre-d-algerie-la-dechirure-un-documentaire-de-premiere-ne-865852.php.

 

Mots-clés : Algérie, Guerre d’Algérie, FLN, France, Pieds-noirs, Harkis, colonisation, OAS, décolonisation, 1er novembre 1954, révolution, Accords d’Evians, 5 juillet 1962, indépendance,…

 

Pour citer cet article :

 

Azzedine G. Mansour, « Guerre d’Algérie : un documentaire inédit… », in : Libres Expressions, 12 mars 2012 (http://azzedine-gm.blog4ever.com/blog/lire-article-501249-8835633-guerre_d_algerie___un_documentaire_inedit_.html).



12/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres