Libres Expressions

Libres Expressions

Le Musée Soumaya à Mexico

Azzedine G. Mansour – 22 octobre 2012

 

L'homme le plus riche du monde, le magnat libano-mexicain Carlos Slim Helù, qui a fait fortune dans le domaine des télécommunications et dont le patrimoine personnel s'élève à 69 milliards de dollars américains selon le magazine Forbes, s'est payé son propre musée pour abriter en partie sa collection d’œuvres d'art (environ 6 000 pièces comportant sculptures, peintures, murailles, artefacts, pièces de monnaie et documents sur plus de 60 000 œuvres datant du XVe au XXe siècle). Considérée comme le plus grand édifice culturel d'Amérique latine, cette structure architecturale, baptisée « Soumaya » (au nom de sa défunte épouse Soumaya Domit Gemayel, nièce à la fois du président libanais, Amine Gemayel, et du fondateur de la milice des Forces libanaises, Bachir Gemayel), est conçue par le gendre même du magnat, l'architecte mexicain Fernando Romero. Le bâtiment se présente comme un gigantesque nid d'abeilles dont la façade est habillée de 16 000 à 17 000 alcôves d'aluminium lui donnant l'aspect d'une peau de serpent s’élevant vers le ciel en plein cœur du Polanco, ancien quartier industriel de la capitale mexicaine (voir l'image ci-dessous).

 

Source : Le Point, № 2092, 18 octobre 2012, pp.146-147.

 

Composé de six étages, le musée abrite une zone d’exposition d’une superficie de 6 000 m², intégrée dans un ensemble en pleine dynamisation urbaine : la Plaza Carso qui s’étend sur 17 000 m² et qui comporte de nombreux services (espaces verts et de loisirs, bureaux, commerces, bibliothèque, salle de spectacle de 1 500 places, un hôtel classé cinq étoiles et une tour de condominiums). Son architecture, un immense cube tordu en son centre qui associe une façade autoportante faite d’une vrille hyperbolique et des fondations de béton armé, se présente comme une immense sculpture dont la forme se distingue totalement de celles des édifices qui l'entourent.

 

Les critiques pensent que son concepteur s’est profondément inspiré des œuvres de Rodin dont les sculptures sont souvent torsadées. Les alcôves hexagonales qui recouvrent l’ensemble de la façade de ce musée évoquent une ruche d'abeilles. Ils auraient été choisis pour rendre hommage aux efforts des 4 000 personnes impliqués directement dans sa réalisation dont le coût total s’élève à plus de 800 millions de dollars américains. Leur couleur argentée rappellerait, quant à elle, le passé industriel de quartier dont lequel il prend désormais place...

 

Un énorme puits de lumière éclaire l'intérieur du musée dans lequel la collection est organisée de façon à ce que sa visite se fasse selon un parcours en spirale rappelant celui du Guggenheim Museum de New York. De haut en bas, il regroupe des œuvres d'artistes mexicains, comme les muralistes Diego Rivera, Rufino Tamayo ou David Alfaro Siqueiros, mais aussi celles des grands maîtres européens, tels qu’Auguste Rodin, Jean-Baptiste Carpeaux, Camille Claudel et Dali. Il abrite également de nombreux tableaux de peintres impressionnistes, comme Renoir, Cézanne, Van Gogh, Monet et Manet. Un étage tout entier est consacré à l'art mexicain, où l'on retrouve de nombreux peintres nationaux et espagnols, dont le célèbre paysagiste José Maria Velasco. Enfin, un dernier étage est dédié à l'art religieux et baroque.

 

Mots clés : Mexico, quartier Polanco, Fernando Romero, Carlos Slim Helû, musée Soumaya, alcôve, aluminium, vrille hyperbolique, arts,…

 

Pour citer cet article :

 

Azzedine G. Mansour, « Musée Soumaya à Mexico », in : Libres Expressions, 22 octobre 2012 (http://azzedine-gm.blog4ever.com/blog/lire-article-501249-9592820-le_musee_soumaya_a_mexico.html).



22/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres