Libres Expressions

Libres Expressions

Les mutants de Fukushima

Azzedine G. Mansour – 27 août 2012

 

L’homme est fortement amnésique. Il n’apprend absolument rien de ses erreurs du passé. En dépit des effets largement documentés des radiations nucléaires, il continue à exploiter tout de même cette énergie mortelle. Les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki (6 et 9 août 1945) et la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986) n’auraient apparemment servi à rien si l’on compte les retombées dramatiques de la récente tragédie que le Japon a dû vivre suite au tsunami dévastateur du 11 mars 2011 et l’endommagement qui en résulta des réacteurs nucléaires de la centrale de Fukushima Daiishi. Outre les victimes humaines que de telles catastrophes font, c’est tout l’équilibre écologique qui en est modifié. Une équipe de biologistes de l’Université de Ryukyu, sur l’île d’Okinawa, vient d’en faire la preuve. Évaluant les conséquences des émissions radioactives sur les Zizeeria maha, une espèce de petits papillons très répandus dans l’archipel japonais, cette équipe s’est rendu compte que, sur une distance de plus de 200 kilomètres de la zone accidentée, cette espèce présente d’inquiétantes malformations : 12 % de l’échantillon observé ont subi des transformations morphologiques, notamment des atrophies des ailes, des modifications  des motifs et des couleurs, des déformations des yeux, et j’en passe ! Bien pire que de simples mutations touchant exclusivement les générations exposées aux radiations, le phénomène se révèle beaucoup plus dramatiques dans la mesure où l’étude, dont les résultats sont publiés dans la revue en ligne Scientific Reports a révélé que les transformations observées se transmettraient génétiquement aux générations suivantes. En effet, parmi les petits nouveaux développés en laboratoire, 18 % sont malformés. Cette proportion atteint les 34 % parmi la génération suivante. Pire encore, l’on apprend que ces anomalies ne restent pas constantes. Elles s’aggravent et se diversifient au fil des reproductions et ce, malgré des croisements effectués entre spécimens mutants et sujets sains.

 

Source : Pauline Grand D’Esnon, « Les papillons mutants de Fukushima », in : VSD, № 1826, 23 au 29 août 2012, pp.34-35.

 

Outre l’aspect inquiétant de ces mutations qui devraient faire réfléchir l’homme quant aux énormes risques qu’il prend en exploitant l’énergie nucléaire, les réalisateurs de films de science-fiction trouveraient certainement dans cette étude assez de substances pour alimenter leur imagination. De petites bestioles transformées en monstres sous l’effet des ondes radioactives et menaçant la survie de l’espèce humaine sur une terre devenue de plus en plus polluée risquent de constituer le thème central des séries Z à l’avenir !

 

Pour plus de détails, lire l'article ci-dessous :

 


 

Pour citer cet article :

 

Azzedine G. Mansour, « Les mutants de Fukushima », in : Libres Expressions, 27 août 2012 (http://azzedine-gm.blog4ever.com/blog/lire-article-501249-9497203-les_mutants_de_fukushima.html).

 

 



27/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres