Libres Expressions

Libres Expressions

TERRORISME ET FONDAMENTALISME RELIGIEUX

L'ordre des Assassins / Al-Hashashines...

Azzedine G. Mansour - 11 novembre 2015

 

C'est incroyable comment certains écrits parviennent à transcender le temps et rester toujours d'actualité. Le roman « Alamut », écrit en 1938 par l'auteur slovène Vladimir Bartol (1903-1967), est de ceux-là. Se déroulant à la fin du XIe siècle à Alamut, un nid d'aigle perché sur d'inexpugnables rochers, dans la région du Khorasan (nord de l'Iran), alors province du très vaste empire Abbasside, il relate l'histoire de la secte fondamentaliste des « Hashishins » ou « Hashashines » (littéralement : « consommateurs de hashish » que l'on a improprement traduit par « Assassins »). Fondée par Hassan ibn al-Sabbah, surnommé le « Vieux de la Montagne » (Chaykh al-Jabal), cette secte chiite ismaélienne des Nizârites occupa, dès 1090, cette inaccessible forteresse d'où ses adeptes, appelés « fedayins », menèrent des opérations suicides contre les Turcs seldjoukides, partisans d’un sunnisme orthodoxe, qui contrôlaient à cette époque l'empire Abbasside.

 

Faut-il faire ici une remarque sur le nom de cette secte ? On appela ses fidèles « Hachâchîne » parce que l'on pense qu’ils consommaient du hachich pour plusieurs raisons :

 

1 - d'abord, pour atteindre l’extase ;

2 - ensuite, pour ne pas faiblir au moment de l’exécution de leurs attentats ;

3 - et, enfin, pour rester sous l'emprise de leur Grand Maître.

 

On croit également que le mot « hachâchînes » (pluriel de « hachâch ») a donné « assassins » en raison d'une déformation d'ordre phonétique chez des voyageurs étrangers qui ont tenté de prononcer ce mot. Cette interprétation est aujourd'hui fortement contestée.

 

De plus en plus, on pense que l'appellation provient davantage du substantif arabe et/ou persan « assâs » (qui signifie « fondement ») ou de l'adjectif « assâssi » (dont l'équivalent en langue française est « fondamental »). On rapporte également que Hassan ibn al-Sabbah, lui-même, utilisait le terme « assassiyoun » (« fondamentalistes », c'est-à-dire ceux qui sont fidèles au « fondement » de la foi musulmane) pour désigner ses partisans et les différencier, par conséquent, des autres adeptes de l'islam... Un peu comme le mot « islamistes » aujourd'hui (en arabe : « islamiyyoun ») qui renvoie à ces musulmans militant pour un islam politique.

 

Pour en savoir davantage sur cette secte, je réfère les lecteurs de cette page à quelques ouvrages qui lui sont entièrement consacrés :

 

1 - Bernard Lewis, The Assassins: A Radical Sect in Islam, 1ère édition : 1967-1968, Londres : Weidenfeld &  Nicolson / New York : Basic Books Inc., 2ème éd. : 2003, 143 p. (trad. fr. : Annick Pélissier, préf. : Maxime Rodinson), Les Assassins : terrorisme et politique dans l'islam médiéval, Bruxelles : éd. Complexe, Coll. : « Historiques » (no. 3),‎ , 208 p.
2 - Edward Burman, The Assassins: Holy Killers of Islam, Londres : Thorsons Publishing Group, 1987, 108 p.

3 - Marshall G. S. Hodgson, The Order of Assassins, La Haye, 1955.

4 - Wladimir Ivanow, Alamût and Lamasar, Association ismaélienne, Téhéran, 1960

5 - Henry Corbin, Huitième Centenaire d’Alamût, Paris : Mercure de France, 1965.

6 - Christine Millimono, La secte des Assassins : XIe-XIIIe siècles. Des martyrs islamiques à l'époque des croisades, Paris : L'Harmattan, Coll. : « Comprendre le Moyen-Orient »,‎ , 262 p.

7 - Jean-Claude Frere, L'ordre des Assassins, Paris : Celt, 1973.

8 - J. de Hammer, Histoire de l'ordre des Assassins, 1850 env., (trad. fr. : J. Hellert et P. A. de La Nourais, Paris : Le Club français du livre, 1961.

 

Enfin, « Alamut » de V. Bartol, qui vient d'être réédité en version française (trad. : Andrée Lück-Gaye, Phébus, Coll. : "Libretto", 580 p.), peut être lu de plusieurs façons : tout d'abord, comme un fantastique conte persan où les aventures se mêlent aux intrigues ; ensuite, à titre de métaphore qui permet de se faire une idée des organisations closes où les membres sont entièrement soumis au dictat d'un gourou ; et, enfin, tel un roman « prémonitoire » de ce qui se passe aujourd'hui dans certains milieux fondamentalistes religieux. C'est ce troisième degré de lecture qu'un compte rendu, paru dans l'hebdomadaire français « L'Express » (no. 3201, 7 novembre 2012, p. 122 ; lire le texte ci-dessous) a largement privilégié...

 

46246_4414248327067_1082623037_n.jpg

Mots-clés : Assassins, secte, islam, chiisme, terrorisme, Khorasan, Iran, Nazarites, Sabbah,...

 

Pour citer cet article :

 

Azzedine G. Mansour, « Terrorisme et fondamentalisme religieux. L'ordre des Assassins », in : Libre Expression, 11 novembre 2015 [http://azzedine-gm.blog4ever.com/terrorisme-et-fondamentalisme-religieux].



12/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres