Libres Expressions

Libres Expressions

Algérie : un ramadan marqué d'un taux élevé de délinquance

Azzedine G. Mansour - 7 août 2012

 

Selon l'article ci-dessous (Liberté, 5-8-2012), les actes de délinquance sont en constante progression en Algérie. Depuis le début du mois de Ramadan, on estime qu'au moins 300 plaintes sont déposées chaque jour pour agressions et vols...  Tout laisse croire qu'avec un taux aussi élevé de violence gratuite, la sécurité des biens et des hommes devient un luxe difficile à assurer dans ce pays qui sort d'une décenie de violence sanglante ! Que dire sinon de ce "mois sacré" ? Alors qu'il est censé constituer le mois par excellence de la piété, de la miséricorde et du partage, il parait de plus en plus celui de la déliquescence la plus inqualifiable.

 

Cette situation, qui devient de plus en plus intolérable pour le citoyen ordinaire, exige la mise sur pied d'un Forum national pour la Sécurité Urbaine. Réunissant toutes les collectivités territoriales du pays, il devrait permettre le renforcement du rôle des élus locaux et établir une réelle politique de sécurité axée sur la prévention, la répression et la solidarité. Un peu sous le modèle du Forum Européen pour la Sécurité Urbaine de 1992 !

 

La théorie de la vitre brisée corollaire de la Tolérance_zéro appliquée à New York par le maire Rudoplh Guliani pourrait également être efficace et ce, même si  de nombreux criminologues doutent de ses résultats qu'ils attribuent beaucoup plus à un mélange de chance, de facteurs démographiques et à une gestion plus rigoureuse des forces de police...

 

VOLS, AGRESSIONS, BAGARRES, BATAILLES RANGÉES

Ces délinquants récidivistes qui pourrissent le Ramadan

Farid Belgacem, Liberté, 05 août 2912

//www.liberte-algerie.com/actualite/ces-delinquants-recidivistes-qui-pourrissent-le-ramadhan-vols-agressions-bagarres-batailles-rangees-183119

 

La violence a sensiblement augmenté par rapport à l’année précédente. Mais ce n’est pas pour autant que le Ramadhan 2012 fera l’exception. En 15 jours, les Algériens ont réussi à détourner ce mois sacré de sa vocation et à transmettre aux générations futures de fausses valeurs. Qu’on en juge !


Le dernier drame enregistré est sans doute celui du quartier de Belouizdad, où une bataille rangée entre les jeunes des cités La Fontaine et Laâqiba a causé la mort d’un jeune de 14 ans. Djallal, qui était de passage ce jour-là, a reçu un projectile au moyen des "signaux" utilisés par les marins et qui l’a plongé dans un coma profond pendant plusieurs jours avant de succomber. Mais le bilan est beaucoup plus lourd : on dénombre également 7 blessés. Les services de police ont procédé à l’arrestation d’une personne alors que trois autres sont en fuite. Des repris de justice récemment graciés sont impliqués dans cette rixe. La victime a rendu l’âme le week-end dernier. Une autre bagarre a viré à l’émeute à Oued Smar suite à une bagarre entre deux jeunes.

 

Quatorze individus ont été arrêtés. Après une légère accalmie à la cité des 1 600-Logements, les récidivistes, des dealers, ont tenté de semer la terreur dès le premier jour du Ramadhan.


Mais les SSI qui veillaient au grain étaient là pour parer à l’irréparable. Des bagarres sont signalées partout, y compris dans les hôpitaux où infirmiers et médecins sont agressés. Mieux, même les services de sécurité sont ciblés par les gangs, comme dans le cas de la ville de Koléa où des repris de justice, libérés le 5 juillet dernier dans le cadre de la grâce présidentielle, ont usé d’un fusil à harpon et de bombes lacrymogènes pour échapper aux policiers et aux gendarmes.


À Boumerdès, suite à un différend de voisinage survenu à Khemis El-Khechna, un individu a ouvert le feu au moyen de son fusil de chasse sur son voisin l’atteignant à la tête ainsi que ses deux fils, respectivement au bras et au bassin. Les 3 blessés ont été évacués à l’hôpital de Rouiba. Alertés, les gendarmes de Khemis El-Khechna ont interpellé le mis en cause et saisi son arme. Le dernier fait datant d’hier matin à Constantine, un différend de voisinage survenu à El-Khroub, le nommé D. R., 60 ans, a menacé le nommé S. A., 40 ans, en tirant un coup de feu en l’air au moyen de son fusil à pompe. L’intervention immédiate des gendarmes a mis fin au conflit, en procédant à la saisie de l’arme et l’interpellation du mis en cause.


Agressions suivies de vols


La veille du mois, à Oran, un sexagénaire, en stationnement à la plage non gardée Nakhla, à Gdyel, est agressé par un individu qui l’a roué de coups et dépossédé d’une somme de
20 000 dinars et son téléphone portable, pour ensuite prendre la fuite à bord du véhicule de la victime. Le mis en cause sera arrêté plus tard par les gendarmes, après avoir commis un accident de la circulation.


À Djelfa, un transporteur clandestin sera dépossédé de son véhicule par un individu qui l’a sollicité pour le conduire de Naâma vers Djelfa. Au premier jour du mois de Ramadhan, ce sont 3 malfaiteurs qui ont investi un local de vente de matériaux de construction à Boumerdès où, après avoir roué de coups le propriétaire et son cousin, ils se sont emparés de la somme globale de 170 000 dinars pour ensuite quitter les lieux dans une direction ignorée. À Tizi Ouzou, un individu encagoulé, muni d’un PA, a fait une irruption dans la minoterie d’Azzazga pour s’emparer d’une somme de 6 500 dinars. Dans la wilaya d’El-Bayadh, 5 individus armés de couteaux et de gourdins ont investi le domicile d’un agriculteur. Après l’avoir ligoté et roué de coups, ils se sont emparés de 84 ovins. À Oran, c’est un commerçant qui sera agressé par 4 individus pour le déposséder de sa motocyclette et de 60 millions de centimes. À Annaba, 4 individus à bord d’un véhicule ont percuté volontairement à l’arrière un conducteur d’une motocyclette pour ensuite l’asperger au moyen d’un aérosol lacrymogène et s'emparer de sa motocyclette.


Cogner pour un couffin !


Au troisième jour à Oran, le P/APC et son SG ont été victimes de coups et blessures volontaires perpétrés par un individu et sa fille de 26 ans. La raison : le couffin du Ramadhan. À Bordj Bou-Arréridj, un différend de voisinage a viré à une rixe au moyen de gourdins et pierres entre 5 membres de deux familles. Bilan : 3 blessés. Les antagonistes se sont dispersés suite à l’intervention des gendarmes.


À Batna, c’est un bijoutier, ayant observé une halte à bord de son véhicule, qui a été agressé par quatre individus. Ces derniers l’ont ligoté et embarqué dans le coffre arrière de son véhicule après l’avoir dépossédé de la somme de 100 000 DA. La victime réussira, quelques instants plus tard, à s’échapper pour ensuite alerter les gendarmes. Les recherches entreprises ont conduit à l’arrestation de deux malfaiteurs et la récupération du véhicule volé alors que les deux autres acolytes ont pris la fuite.


Batailles rangées à toute heure !


À Oum El-Bouaghi, un différend sur une parcelle de terre a tourné à une violente rixe au moyen de gourdins et d’armes blanches entre deux familles. Le bilan est lourd : 4 personnes grièvement blessées. À Biskra, un différend entre enfants a viré en rixe entre deux familles. Là aussi, 4 personnes ont été blessées et évacuées à l’hôpital. Un moment plus tard, les membres de la première famille ont mis le feu dans la demeure de la deuxième occasionnant sa destruction ainsi qu’à son véhicule de marque Renault Clio.


N’était l’intervention des gendarmes de Biskra qui ont réussi à apaiser les esprits, les choses auraient pris une autre tournure. En revanche, à Souk-Ahras, un autre différend a opposé deux jeunes munis d’armes blanches. Bilan : 1 blessé. En guise de représailles, un groupe de jeunes, muni de gourdins, a tenté d'agresser le mis en cause qui s’est réfugié dans un cybercafé. Alertés, les gendarmes et les SSI ont procédé à l’interpellation du mis en cause. Les antagonistes, eux, ont saccagé deux véhicules de particuliers et des lampadaires du bureau de poste et du siège du service de l’état civil. L’intervention des gendarmes a conduit à l’interpellation de 16 personnes impliquées dans ces actes de vandalisme. À Aïn Témouchent, une simple dispute de voisins s’est vite transformée en bataille rangée qui a opposé deux familles. Toutes les armes possibles ont été utilisées dans cette bataille : haches, épées, couteaux… ce qui a engendré plusieurs blessés. N’était-ce l’intervention des gendarmes, le bilan aurait été bien plus lourd.


Dans la wilaya de Relizane, un autre différend entre cousins a également tourné à l’agression. Les agresseurs accompagnés de trois de leurs frères ont été ciblés par des jets de pierres par le père de la victime et ses voisins, occasionnant des blessures diverses aux occupants d’une voiture et des dégâts matériels.


Aussi, à Oran, un jeune de 22 ans, a assené un coup de hache au nommé à L. S., 34 ans, le blessant au bras gauche. Le frère de la victime a été également blessé à la main gauche. Les gendarmes de Yaghmourassen et des SSI d’Oran ont interpellé l’agresseur. Encore 13 jours à tenir…


Quelques repères :


Au moins 300 plaintes sont déposées chaque jour pour agressions et vols.
En 15 jours, plus de 450 personnes ont été arrêtées pour vol de véhicules, menaces, port d’armes et agressions.
Plus de 60 gangs, composés de 5 à 10 individus, ont été démantelés par la Gendarmerie nationale.
Depuis le début du jeûne, au moins 850 accidents de la circulation ont été constatés, faisant 110 morts et plus de 1 300 blessés.
La journée du 31 juillet a été la plus meurtrière sur les routes avec 17 décès et 67 blessés.
Les accidents surviennent entre 17h30 et 20h.
5 cadavres, victimes d’agressions et de meurtres ont été découverts, depuis le début du Ramadhan, par les gendarmes dans les wilayas de Guelma, Oran, Blida et Bouira.



07/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres